Programme Simulex

Résumé du programme
Le projet Simulex’Archéo a pour objectif la réalisation d’un prototype de jeu sérieux de « simulation de fouilles archéologiques » capable de répondre aux besoins de valorisation auprès du grand public des résultats de recherche des laboratoires partenaires. Le simulateur offre un outil structurant pour un réseau à construire des acteurs de la médiation en archéologie. Parallèlement, le projet fédère autour du jeu une communauté d’amateurs, de scolaires, d’étudiants et d’enseignants. Le cœur du dispositif permet à un joueur de gérer une équipe d’archéologues, pluridisciplinaire, qui doit réaliser une fouille et répondre aux questions qu’elle soulève. Les compétences et l’expérience des personnages évoluent au cours du jeu, grâce à leur réalisation sur le terrain virtuel mais également « autour » : mini-jeux in situ dans les musées ou sur les sites archéologiques, ateliers dans la« vie réelle ». L’expérience peut être renouvelée grâce à un corpus de terrains modélisés au gré des partenariats.

 

 

État d’avancement du programme

Mise en place, organisation, gouvernance, pilotage, dispositif de suivi etc
Le « simulateur d'archéologie »
Simulex'Archéo est le fruit d’une collaboration entre cinq partenaires : le laboratoire Archéologie des Sociétés Méditerranéennes (équipe Préhistoire et Protohistoire Méditerranéenne, Montpellier-Lattes), la MSH Maison de l'Orient et de la Méditerranée (USR MOM, Lyon), le musée H.-Prades-site archéologique de Lattara et le laboratoire IRIEC/ECART (EA 740, UFR Lettres, Arts plastiques de l’UPV Montpellier 3), avec la participation de la Région Languedoc-Roussillon-Musée régional de la Narbonne antique.
Ce projet est issu du programme Truelles & Pixels qui est une
collection de contenus numériques, ludiques et pédagogiques consacrés aux métiers de l'archéologie. Ce programme est piloté conjointement par l'UMR Archéologie des sociétés méditerranéennes et la MSH Maison de l'Orient et de la Méditerranée. Cette collaboration a donné lieu à une lettre d’entente définissant le cadre général de leur collaboration et fixant les conditions d'un co-pilotage du programme Truelles & Pixels entre les deux structures. Le programme est soutenu par l’InSHS-CNRS, qui a débloqué un CLD de 18 mois pour un chef de projet multimédia, CLD qui faisait suite à un contrat de 10 mois de chargé d’affaires porté par le service de valorisation du PRES de Lyon : Lyon Science Transfert.
Le financement du Labex venait compléter une
dotation initiale du ministère de la Culture et de la Communication.
Le projet a été coordonné par un comité opérationnel associant les laboratoires et les prestataires de service (
game design, design graphique et développement informatique). Un Comité de Pilotage réunissant les partenaires a validé les options stratégiques de réalisation et approuvé le texte d’un accord de consortium, soumis aux tutelles des partenaires, validé par elles et en cours de signature.

Résultats obtenus : recherche, formation, innovation
Un
prototype (simulateur et mini-jeux) a été testé sur le public du musée de Lattes durant 3 jours en juillet 2013 sur 80 personnes. Bien que situé en fin de parcours muséographique, il a été très bien reçu par les visiteurs qui ont été accompagnés par 3 animateurs. Ambiance et principe de jeu ont été validés. Les principaux points à développer se situent dans le domaine du game design (jouabilité).
Sur la base du prototype, un consortium réunissant les deux laboratoires d’archéologie, le musée Henri-Prades, le Musée archéologique de Zagreb (Croatie) et le réseau des musées d’archéologie de Catalogne (Espagne) a obtenu un
financement européen de l’EACEA-Executive Agency for Culture, Education and Audiovisual pour un projet associant expositions, simulateur et visites sur sites.
Une déclaration d’invention de logiciel est en cours de dépôt (CNRS, UPV Montpellier 3, Lyon 2).

Moyens humains : stratégie d’attractivité, modalités, procédures et origine des personnels recrutés critères de recrutement
Aucun personnel n’a été recruté pour mener le projet, piloté et opéré par des personnels permanents des deux laboratoires d’archéologie et le chef de projet multimédia Truelles & Pixels.

Des prestataires de service
(game design, design graphique et développement informatique) ont été sélectionnés sur leur compétence générale et leur expérience de la collaboration avec des laboratoires d’archéologie.
Deux stagiaires étudiants en jeux vidéo de Montpellier 3 et un stagiaire étudiant en archéologie de Lyon 2 ont complété l’équipe-projet.

Partenariat avec les entreprises, relations contractuelles
68 % du financement total obtenu pour le projet a été redistribué entre les différents prestataires de service. Des accords de cession de propriété intellectuelle ont été négociés avec chacun d’eux pour permettre le dépôt de la déclaration d’invention du logiciel.

À la suite du test, la SATT AxLR a décidé d’accompagner le projet de simulateur. Une étude de marché a été confiée en fin d’année au cabinet D&Consultants. Elle vise à hiérarchiser et évaluer les marchés et cibles potentiels pour une exploitation économique du simulateur, en tant que plate-forme de transfert des résultats de la recherche en archéologie, dans le monde de la médiation mais aussi dans le monde du jeu vidéo orienté
Serious Game. Ses résultats seront connus en mars et soumis au prochain Comité d’investissement d’AxLR, en mai.
La préfiguration d’un réseau de lieux de médiation (sites ou musées archéologiques) construit autour du simulateur est en cours. Plusieurs musées ont confirmé leur intérêt, voire leur souhait d’y participer (Centre européen de Bibracte, musée de la Préhistoire d’Île-de-France, Musée de la Préhistoire des gorges du Verdon, futur musée de la Romanité de Nîmes, Centre des monuments nationaux…).

Le projet a fait l’objet d’une journée de réflexion avec les équipes du CCSTI Cap Sciences (Bordeaux) et présenté à son Conseil d’Administration. La vision de leurs publics par les deux parties ont été jugées trop divergentes pour qu’un co-investissement puisse être envisagé.

Le simulateur fait l’objet de présentations régulières aux acteurs des filières jeux vidéo,
serious games, médiation muséographique et éducation (cf infra).
Plusieurs enseignants-chercheurs (Montpellier 3, Lyon 2) ont souhaité intégrer une version « étudiant » du simulateur dans un cursus d’enseignement numérique en ligne de l’archéologie.

Actions entreprises pour la diffusion des connaissances (hors publications)
Le projet en lui-même est une action de transfert des résultats de la recherche vers le public, mais plusieurs actions ont été entreprises vers le monde de la médiation scientifique et du
serious game :
• communiqués de presse : reprise dans le quotidien gratuit 20 minutes (+/-1 000 « like » en 24 heures sur l’édition en ligne) ;
• article dans le
Journal du CNRS (mai 2013) ;
• participation à des salons et journées professionnelles sur invitation :
Innovatives SHS (mai 2013, Paris, organisé par l’InSHS), Serious Game Expo (novembre 2013, Lyon), Talent Day (décembre 2013, Lyon)
Nous avons été sollicités par le ministère de la Culture et de la Communication pour participer au
Digital Heritage International Congress de Marseille (octobre 2013) dont le MCC était co-organisateur.
Nous avons également été sollicités pour présenter le simulateur dans deux expositions :
« [Arkeo] XIXe-XXIe siècles » au musée archéologique de Roanne (exposition en l’honneur de Joseph Déchelette, février à novembre 2014) ; une convention a été signée ;
• « La Fabrique de l’innovation – Game Zone » à la Bibliothèque municipale de Lyon, co-organisée par le pôle de compétitivité Imaginove (novembre 2013-mars 2014).

Le simulateur sera présenté au public, lors des Journées nationales de l’archéologie 2014, au Musée national de l’Archéologie de Saint-Germain-en-Laye et, à Lyon, lors d’un événement co-organisé par l’Inrap et la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Production 

1- Conférences données à l’invitation du Comité d’organisation dans un congrès national ou international.

  • Digital Heritage International Congress, Marseille, 29 octobre 2013, session French Ministry of Cullture : projet « Simulex’Archeo »

2- Manifestations scientifiques de dimension nationale ou internationale

  • Innovatives SHS - Salon de la valorisation en sciences humaines et socialesorganisé par l’InSHS, Paris, 16-17 mai 2013 :
    présence d’un stand Truelles & Pixels-Simulex’Archéo à l’invitation de l’InSHS

3- Autres actions de diffusion des connaissances:

Conférences (y compris grand public)

  • Click Convention 2013, Cambridge , 31 aout–1er septembre 2013 : « Simulex Archeo and leap motion + kinect in MMF2! » par Patrice Cervellin (auteur du code informatique du prototype)
  • Journée d'étude Les usages mobiles de l’information scientifique dans l’enseignement supérieur et la recherche : « Simulex’Archeo : un outil de médiation scientifique intégrant la mobilité », Montpellier, 21 novembre 2013
  • Serious game Expo, Lyon, 20-21 novembre 2013 : stand Truelles & Pixels-Simulex’Archéo, sur invitation des organisateurs

  • Talent Day, Lyon, 4 décembre 2013 : stand Simulex’Archéo, sur invitation des organisateurs (pôle de compétitivité Imaginove)

Organisation de manifestations « grand public », exposition etc.

  • « La Fabrique de l’innovation – Game Zone », Exposition à Lyon, 16 novembre 2013–1er mars 2014 : mise à disposition des visiteurs de Simulex’Archéo et du site Internet Truelles & Pixels

     

     

Résumé du projet scientifique soutenu de l'Axe 1, IDENTITES :

Mission archéologique de Rirha (Sidi Slimane, Maroc)

Claire-Anne de CHAZELLES

 

Rirha est situé dans la plaine du Gharb au Maroc du nord, dans un méandre de l’oued Beht. C’est un site important de la région, qui est occupé de l’époque maurétanienne (Ve s. av. n. è.) jusqu’au Moyen-Âge islamique. Il est à ce titre un excellent objet d’étude pour appréhender l’occupation humaine sur une longue durée. Une équipe pluridisciplinaire y a entrepris de nouvelles recherches depuis 2005. L’établissement de Rirha soulève plusieurs questions : tout d’abord concernant les chronologies et les emprises au sol des différentes occupations ; ensuite, concernant son identification selon les époques (le nom de la cité préromaine de Gilda avait été envisagé) ; la production de céramiques aux époques maurétanienne et islamique, de même que la frappe de monnaies sont d’autres points essentiels susceptibles d’éclairer le rôle et la position de Rirha avant et après la conquête romaine.

Rirha

Partie artisanale d’une domus d’époque romaine de Rirha comprenant deux pressoirs et une salle de stockage (cliché Séverine Sanz, Umr 5140)

Résumé du projet scientifique soutenu de l'Axe 3, ÉCONOMIE ENVIRONNEMENT :

Dynamiques littorales et sociétés en Agathois depuis le Néolithique :
relations sociétés - environnement en Méditerranée
DYLITAG

Benoît DEVILLERS

 

Nous proposons de croiser les données issues de la documentation archéologique riche et de bonne qualité de l’Agathois avec des archives sédimentaires naturelles ou géoarchéologiques encore inédites (géomorphologie, palynologie, micropaléontologie). Nous voulons ainsi identifier et caractériser les transformations biophysiques et paléogéographiques fluvio-littorales de ce territoire, mais aussi caractériser les contextes environnementaux successifs des habitats, évaluer la nature et la place du paramètre sociétal et économique en regard des autres facteurs dans les évolutions observées. Grâce à une bonne résolution spatio-temporelle, ce projet résolument pluridisciplinaire s’intéressera aussi à déceler et dater les franchissements de seuil et les ruptures observés depuis le Néolithique final.

 

Dylitag

Dylitag

Résumé du projet scientifique soutenu de l'Axe 3, ÉCONOMIE ET ENVIRONNEMENT :

Production artisanale, économie et environnement en Bétique romaine. L’exemple de la vallée du Genil (Ecija, Séville) - PAEBR

Stéphane MAUNÉ

 

Ce projet a pour objectif d’analyser et de comprendre les interactions existantes entre la production industrielle d’amphores à huile, le développement économique de la colonie romaine d’Astigi (Ecija, Andalousie) et les contraintes environnementales locales entre le Ier s. et le IIIe s. ap. J.-C. Les outils d’analyses mis en place (fouille d’un atelier témoin, datations archéomagnétiques, prospections, analyses paléoenvironnementales, modélisation) et leur mise en perspective dans le cadre d’une thèse et d’une coopération internationale impliquant plusieurs équipes françaises et espagnole devraient permettre à la fois une lecture renouvelée de l’histoire socio-économique de la province romaine de Bétique et de son environnement mais aussi des avancées méthodologiques majeures et innovantes.

 

 BILAN DES RECHERCHES 2013-2014