Des nouvelles de la campagne de fouille sur le site de Rirha (Maroc)

 

Dans le cadre du programme sur l’Identité culturelle de l’aire maurétanienne du Gharb au Maroc (Ve s. av. J.-C.-Ve s. ap. J.-C.) du LabEx ARCHIMEDE et de la mission archéologique franco-marocaine soutenue par la Casa de Velázquez (Madrid) et l’INSAP (Rabat), la campagne de fouille annuelle sur le site de Rirha s’est tenue du 28 avril au 15 mai 2017. Les travaux se sont concentrés sur les deux secteurs déjà investis lors du précédent quadriennal (2013-2016) : un îlot d’habitat maurétanien (Ensemble 5) et une installation de production agricole d’époque romaine réoccupée durant le Moyen Âge (Ensemble 1).

 

Vue générale du site de Rirha

 

La fouille du tell (Ensemble 5) a mis en évidence, sur l’ensemble du secteur, le plan des  bâtiments établis dans la première moitié du Ier s. av. J.-C. (état D) et a permis d’achever l’étude des premiers niveaux qui y sont associés du côté nord et ouest de l’emprise fouillée. Au-dessous, soit directement sous les murs de l'état D, soit sous des remblais rapportés, le plan de l'état E fait apparaître une organisation différente au sud et à l'est.

Dans la partie nord, la fouille a porté sur les niveaux d’occupation de l’état D situés à l’extérieur de l’îlot et s’est arrêtée sur un sol qui correspond à la fois à l’arasement des murs de l’état antérieur et à la reconstruction de ceux de l’état du début du Ier s. av. J.-C. Au sud et à l’est, des remblais rapportés recouvraient d’épais niveaux de destruction à l’intérieur des bâtiments nouvellement mis en évidence (état E).

On constate que la trame générale de l’îlot perdure d’un état à l’autre, en revanche la fouille des zones méridionale et orientale permet d’observer que l’organisation interne du secteur diffère : à l’est, un vaste espace sans subdivision (état E) a laissé la place à trois pièces allongées, tandis qu’au sud, deux pièces de taille restreinte (état E) ont été remplacées par un grand espace dans la phase postérieure. Une des caractéristiques du bâti de l’état E est la faible superficie des espaces, constatée dans la zone sud comme pour les pièces occidentales, limitées par des murs très épais.

Les niveaux d’occupation liés à ces bâtiments feront l’objet des prochains travaux.

 

Murs du Tell en cours de dégagement

 

La fouille de l’Ensemble 1 avait pour objectif l’exploration des espaces sud et ouest de l’installation de production agricole romaine et l’étude exhaustive des fosses médiévales repérées dans la partie nord-est du secteur.

Au sud du pressoir méridional, le grand bassin antique recouvert par un four de potiers du XIVe s. a été entièrement fouillé, ce qui a permis d’observer qu’il s’agissait d’un unique bassin de 3,5 m3, directement alimenté par la maie du pressoir sud et dont la vidange pouvait s’effectuer depuis la salle de transformation. À l’ouest, dans la salle de transformation, l’étude des résidus organiques prélevés sur les parois des dolia de la banquette maçonnée a confirmé la destination vinicole de ce dispositif, du moins dans leur dernier état. La fouille des niveaux de fonctionnement contemporains du dernier état de l’installation de production a montré l’ingénieux système de réception du moût : celui-ci devait être canalisé par une tuyauterie en plomb et se déverser dans les dolia. Le système d’évacuation des eaux usées a également pu être appréhendé pour chacun des états : un système de rigoles creusées directement dans le sol en terre a succédé à un caniveau maçonné reconnu dans deux sondages. 

En face du pressoir nord, la fouille s’est concentrée sur la dizaine de fosses d’époque islamique creusées dans les niveaux de démolition de l’installation artisanale romaine. La forme, la taille et le comblement de ces structures montrent qu’elles ont été réalisées successivement entre le IX-Xe et le XIV-XVe s. et qu’elles correspondent à des fosses de récupération de matériaux, à des fosses-dépotoirs ou à des  silos. Leur comblement a été prélevé à des fins anthracologiques et carpologiques, de façon à renseigner les modes de consommation d’époque médiévale dans le cas des fosses dépotoirs. Au fond de l’une de ces fosses, un contrepoids cylindrique est apparu en symétrie de celui du pressoir sud. Son parfait état de conservation pourrait confirmer qu’il s’agit bien du dernier pressoir en fonctionnement avant l’incendie et l’abandon du bâtiment.

 

Vue générale des fosses médiévales en cours du fouille dans l'Ensemble 1